Ouest américain : la sélection photo

Une sélection des photos du voyage qui donne une idée de la diversité des paysages rencontrés pendant ces trois semaines et demi.

A suivre…

La synthèse de Nathalie : notre road trip dans l’Ouest américain

C’est un pays XXL avec ses grands espaces, avec la variété et la richesse de ses paysages. La végétation y est surprenante ; on a découvert une diversité de fleurs et de cactus, les arbres immenses et majestueux qui imposent le respect de par leur grand âge comme les Séquoias géants de Séquoia Park. Nous avons été impressionnés par les vues vertigineuses sur les canyons. Quel dépaysement de découvrir les déserts infinis comme Death Valley et la côte Ouest magnifiquement sauvage et préservée ! Ces découvertes ponctuées de surprises quotidiennes face à cette immensité hypnotisante défilant devant nos yeux pendant notre road trip, ont contribué à entretenir la sensation de poursuivre notre voyage autour du monde d’il y a 2 ans.

P1100261

 

Il y a eu aussi de nombreux temps forts comme la rencontre magique et exceptionnelle avec les baleines et les dauphins à Monterey.

P1070381

Nous n’oublierons jamais également la sensation de chaleur torride et écrasante éprouvée à Death Valley et au désert de Mojave, asséchant de façon surprenante les voies respiratoires, avant de goûter au plaisir bien mérité d’un bain nocturne dans les piscines en toute tranquillité.

P1080172

Comme une enfant dans une cabane perchée dans les arbres, j’ai adoré dormir dans la tente sur le toit de notre van, isolée de l’humidité du sol avec une vue panoramique sur le paysage qui nous entoure.

P1100083

La ville de Las Végas contre toute attente est pour nous un site incontournable. La magie des lieux opère réellement avec ses somptueux décors reconstitués.

P1080441

Nous avons été aussi séduits par l’ambiance sixties de la route 66 comme dans les villes de Flagstaff, Williams et Selligman. On y ressent encore le culte des belles voitures (ce qui n’a pas laissé Nico insensible), des harley Davidson (ah ces Américains toujours amoureux de leurs montures !) et de l’American Way of life. J’ai notamment aimé Oatman, ville fantôme typiquement Western dans le cadre étonnant qu’offre le désert de Mojave.

P1100772

Nous avons aimé le moment convivial passé à Flagstaff avec les « Français », Chrisptophe, Valérie, Sylvie et Clara, que nous espérons les revoir en France pour prolonger notre voyage.

P1100644

Un moment chouette encore ; nous avons eu la chance d’assister à un magnifique et authentique travail au lasso dans une passion commune partagée entre cowboys blancs et les Natives Americans (c’est moins offensant que de dire « Indiens » selon les Américains).

P1100854

Les Américains sont sympathiques, ouverts et cools. Notre véhicule de fortune attisait partout la curiosité des autochtones et favorisait ainsi les échanges. Conformément à l’idée que je m’en faisais, les Américains sont toujours prompts à aider. Par exemple, j’ai pu constater cela quand Terry un Américain de Sausalito a appelé à ses frais un taxi grâce à son application téléphonique pour nous dépanner.

P1080709

Une enrichissante page se tourne grâce à ce road trip en famille qui nous a ressourcés et nous permet de poursuivre cette année avec une belle énergie.

Nathalie

Route 66 : de Holbrook à Flagstaff

Nous quittons ce matin notre très sympathique et bon marché camping « OK RV Park », situé sur la route 66 en sortie de la petite ville d’Holbrook que nous avions simplement traversée la veille sans nous y arrêter. Nous décidons avant de reprendre pour de bon la route, de repasser par le centre. Il s’agit pour nous de notre première ville typique de la route 66. L’ambiance commence à nous plaire et l’idée de revoir la civilisation après plusieurs jours en pleine nature nous enchante. Nous découvrons le fameux hôtel aux tipis devant lesquels siègent fièrement de vieilles gloires du bitume. Cet hôtel aurait inspiré l’auteur du film d’animation Cars. Nous y retrouvons d’ailleurs avec son air malicieux l’une des vedettes du film sans maquillage. C’est sûr, nous sommes bien aux states sur « the mother road », comme appellent les américains celle qui relie Chicago à Los Angeles.

Mais la route 66 n’est plus ce qu’elle était. Seuls quelques tronçons sont restés opérationnels. Pour la grande majorité de la route, la végétation s’en empare peu à peu après l’abandon du bandeau bitumeux dépassé. Ainsi, après quelques miles effectués sur celle qui a supplanté l’antique route 66, la highway 40 sans aucun charme mais sûrement plus pratique pour les pratiquants réguliers, nous apercevons un panneau indiquant Météor Crater…Nous hésitons mais la curiosité l’emporte. Nous quittons la monotonie de notre route moderne et filons par la gauche. Nous arrivons au visitor center et rentrons dans la grand bâtiment que l’on doit traverser une fois la somme demandée acquittée pour enfin approcher le fameux cratère. Au préalable, nous profitons du musée qui explique l’histoire mouvementée de la découverte du cratère. Certains y voyant le résultat d’une éruption volcanique quand d’autres scientifiques acharnés ont défendu coûte que coûte la thèse du météore géant s’abattant sur la terre. C’est finalement cette thèse qui après des décennies sera adoptée définitivement. La visite est intéressante et le cratère parfaitement circulaire impressionnant. 190m de profondeur pour 1200m de diamètre…Le météore quand à lui mesurait 50m de diamètre…on imagine la secousse le jour J.

Peu de temps après cette visite dans le temps, nous nous rapprochons de notre ère avec de nouvelles maisons troglodytiques dans le parc du Wildnut Canyon qui datent d’environ 1000 ans. Les murs en pierre recouverts de terre viennent épouser la voute naturelle de la falaise qui constituait un parfait abri. Il y avait environ 400 âmes vivant ainsi accrochées à la falaise et passant d’un étage à l’autre avec des échelles en bois. Nous sommes loin, dans l’esprit, de la route 66. Là encore, c’est une visite intéressante car on ressent assez bien la vie à cette époque lointaine et sûrement paisible.

Nous reprenons la road 66 direction West avec en point de mire notre halte du soir, la charmante ville de Flagstaff toujours en Arizona. Mais avant d’entrer dans la ville, alors que nous longeons la mythique route, une maison en bois m’attire le regard. Je me gare sur le côté. Il y est inscrit Musée…Nous nous attendons à un vieux musée un peu kitch…en fait il s’agit d’un lieu bien vivant où on danse le soir sur la piste sur des airs de country. Nous y rentrons et tombons immédiatement sous le charme. L’édifice est construit en bois, les néons à la gloire de la route donnent le ton et soulignent parfaitement les contours du bar. L’ensemble est sous le regard de bestioles empaillées en tout genre. Il s’agit du « The Museum Club », à ne pas rater si vous passez dans le coin. Dommage que nous n’ayons pu tenter l’ambiance nocturne mais les filles ne sont pas admises après 21h. L’occasion tout de même de goûter une bière locale à la bonne réputation.

Nous arrivons après cette nouvelle étape, dans le centre ville de Flagstaff. La ville ne doit sa naissance qu’à l’arrivée de la voie ferrée. Celle-ci voit aujourd’hui passer des trains interminables en direction de Santa Fe au Nouveau Mexique. Nathalie au passage d’un convoi compte 136 wagons (environ 10m le wagon faites le calcul…), l’ensemble étant tiré par 4 matrices au gasoil plus une qui ferme la marche. Impressionnant ! Il ne fait pas bon se retrouver derrière les barrières du péage quand le signal retentit. L’attente dure près de 10 minutes avant que les barrières ne se relèvent tant le train est long et roule lentement. Et un autre train peut survenir rapidement derrière.

Une fois le train passé, nous nous dirigeons dans Flagstaff d’abord en voiture pour un tour de reconnaissance. La ville semble assez cossue. De jolies maisons se tiennent sur les hauteurs de cette cité haute qui culmine à 2120m d’altitude sans en avoir l’air ! Les restaurants et bâtiments en briques ont de l’allure. C’est une des plus jolies villes que nous ayons traversée pour le moment. L’ambiance y est aussi plaisante et jeune. Il faut dire que l’université d’Arizona y est présente.

Une fois cette première reconnaissance effectuée, nous allons à la recherche d’un lieu pour dormir et nous reposer. Je milite pour un motel, Nathalie pour un camping…tant pis, ce sera un camping en bord de route et de la voie ferrée !!! Un régal…

Nous revenons en soirée pour dîner en ville. Un restaurant où se tient un concert en plein air nous tente. Les chansons country finissement de nous mettre dans l’ambiance US. Nous passons un chouette moment.

Demain, nous prévoyons de nous rendre à Sedona non loin de Flagstaff…Une bonne surprise nous attendra au retour…

A suivre…

Là-bas…au Sri Lanka

Il y a deux ans, nous débutions notre grand voyage en famille par trois jours à Dubaï, suivis de vingt jours merveilleux au Sri Lanka. Ce pays et ses habitants ont été le premier gros coup de cœur de notre tour du monde en 180 jours.

Quand nous repensons au Sri Lanka, ce sont les sourires qui reviennent en priorité. Les sourires des écoliers qui nous saluaient avec spontanéité, semblant heureux et curieux de nous accueillir dans leur beau pays. Les sourires des gens avec qui nous avons pu partager des mots, des repas, des trajets en tuk tuk, en bus, en voiture et des moments de vie…

Le Sri Lanka symbolisait pour nous cette place où les religions parviennent à cohabiter dans le respect mutuel, où les cultures semblent se mélanger pour le bonheur de ses habitants chaleureux, pourtant traumatisés par trente ans d’une guerre civile meurtrière terminée depuis dix ans. Une vision sûrement idéaliste de touristes joyeux qui viennent grapiller avec bonheur et facilité quelques moments dans un pays étranger et doux…

Alors quand nous avons appris ces terribles attentats l’autre jour, faisant suite à ceux de Nouvelle Zélande autre île magnifique à laquelle nous avons aussi goûté, nous avons eu mal au cœur. Nous avons pensé, à Newton, à Mariyan et sa famille, à Harsha, à Chaamin…

Ils doivent être bien tristes aujourd’hui.

Nous pensons à vous !

Le Tours est joué !

Le temps d »un week-end toute la famille s’est retrouvée en mode « revival ».

En effet, c’est dans la très belle ville de Tours, point de départ apprécié pour les visites des somptueux châteaux de la Loire, que nous nous sommes rencontrés avec Nathalie, il y a 25 ans tout rond (à peine devrais-je dire…).  C’était bien avant l’arrivée au monde de nos deux filles préférées, Jeanne et Pauline. L’occasion était trop belle pour ne pas tenter le coup d’une vadrouille surprise pour Nathalie.

J’ai donc briefé nos deux filles au moins deux mois à l’avance pour être certain que l’effet réussisse, réservé en secret un petit pied à terre au centre ville et fait en sorte que nous soyons libres ce week-end là. La tâche s’est d’ailleurs révélée difficile tant les sollicitations en tout genre se sont accumulées jusqu’à la dernière minute et les stratagèmes pour les éviter, sans que cela ne se voit, nombreux…

Nous voilà donc partis vers une destination inconnue pour un seul des membres de la famille Toots, Nathalie.…je découvre à cette occasion que nos deux ados adorées disposent d’une capacité de calfeutrage de la réalité que je ne soupçonnais pas. Hum hum pas très rassurant tout ça…

Une fois sur l’autoroute des vacances, au passage devant le panneau La Rochelle, Nathalie se dit que ça pourrait-être là…au passage devant le panneau Futuroscope elle s’illumine en pensant au beau week-end que nous allons passer et s’empresse de montrer aux filles les vidéos sur son mobile des attractions qui nous attendent, pourtant la route continue… Je prétexte que nous irons au Futuroscope le lendemain mais pas ce soir…Arrivés à Tours après 3h30 de route et plus (merci la rocade bordelaise), Nathalie trouve l’idée finalement sympa.

Nous arrivons un peu avant 21h, investissons notre nouveau chez nous et partons à la découverte d’un lieu qui voudra bien nous accueillir pour dîner. Nous tombons sur un restaurant en face des halles très sympa et qui nous plaît bien. Nous nous installons sans même regarder le menu. Je demande s’il est possible de ne pas avoir de fromage dans mes plats (eh oui je n’aime pas ça) ce à quoi le serveur amusé me répond : « vous tombez mal, vous êtes chez le meilleur fromager de France… ». Il s’agit du restaurant de Rodolphe Le Meunier (http://www.rodolphelemeunier.fr) très sympa au demeurant. mais spécialisé. Une petite et rapide visite nocturne dans le vieux quartier Plumereau à l’ambiance estudiantine bien sympathique s’en suit et nous clôturons cette première soirée à Tours.

Le lendemain, Nathalie se réveille avec la ferme intention d’aller au Futuroscope…Nous feignons avec les filles ne pas avoir envie d’y aller car trop fatigués…Nathalie se résigne et nous partons nous balader de jour cette fois-ci dans Tours. Ce qu’elle ne soupçonne pas, c’est que d’autres surprises l’attendent. En effet, le midi il est prévu de nous rencontrer en mode, « tiens c’était pas prévu », avec mon vieil ami Stéphane qui avait facilité notre rencontre avec Nathalie alors que nous étions de jeunes étudiants brillants (j’avais la peau un peu grasse à l’époque;-).  La rencontre avec Stéphane et sa femme Jocelyne restera un grand moment ! C’est Nathalie qui le voyant en premier (en tout cas le croyant) me glisse, « eh tu ne devineras jamais qui je vois » ! La blague marche à fond, nous n’en revenons pas ! Rien n’y fait malgré mon insistance pour dire à Nathalie que c’est quand même dingue, que ça arrive le jour de nos 25 ans de rencontre !!! Nathalie veut y croire c’est sûr ! Et nos filles jouent le jeu à fond ! Nous finirons par lui avouer que tout ça n’est pas tout à fait le fruit du hasard 😉

Le soir venu, autre surprise, nous allons renouer avec mon ami Ronan que nous n’avons pas revu depuis près de 20 ans ! Là encore, grosse surprise et super moment.

Le lendemain, c’est Marika la sœur aimée de Nathalie qui elle même est sa sœur ainée, qui lui fait la surprise de sa présence avec ses enfants.

Bref, le Tours est bien joué ! Nous avons revu l’univers de nos vingt ans avec un immense plaisir, ressenti les bonnes ondes de la ville de Tours et des ses environs, notamment le village qui a bien grossi de Fondettes où je vivais avec ma famille. Nous avons aussi revu la fac de droit qui à l’époque était un bâtiment neuf et quasi seul sur la nouvelle zone du campus qui s’ouvrait alors, revu le lac voisin et son saule pleureur où nous nous étions bien rapprochés, ou encore la cité U plus très fraiche où Nathalie avait passé sa première année de droit.

Encore un joli moment en famille ! Ce week-end nous partons en Béarn, à Capbis où Nathalie expose !

A retrouver sur son blog : https://nathalielenallio.wordpress.com/

Article à suivre ? Peut-être…

 

On la boucle !

4ème et dernière étape de notre escapade, nous prévoyons de boucler la boucle. Après notre épisode catastrophe de la veille à Barcelone (cf. article précédent) nous remontons vers Bordeaux. Nous disons au revoir à la jolie commune de Sitjes qui nous a tant plu et repassons par la superbe route côtière. P1010787

Première étape dans notre remontée, Gerone (Girona). La ville nous tente moyennement mais puisque nous passons à côté pourquoi ne pas nous faire notre propre avis. Bien nous en a pris. La ville est en fait bien agréable avec sa rivière qui la traverse et ses maisons colorées qui semblent lui faire une haie d’honneur. Mais l’intérieur de la vieille ville avec ses remparts nous plait encore plus. Une belle surprise pour sportifs et bons marcheurs car ça grimpe !

Une fois cette jolie ville où il est un peu difficile de se garer arpentée à pieds, nous prolongeons notre remontée vers une étape qui elle nous tentait depuis le début. La ville de Figueras particulièrement connue pour abriter le théâtre musée empli du génie de Salvador Dali. Là encore, nous ne sommes pas déçus. Le musée est magnifique et plaît à toute la famille. Il recèle bien des trésors qui aident à mieux appréhender le talent non discutable de cet homme à la moustache joueuse et qui a exploré différents arts, la peinture, la sculpture, les bijoux…Une magnifique surprise.

Une fois cette belle visite achevée, nous profitons de la soirée à Figueras puisque nous avons décidé d’y passer la nuit tant son charme nous y a incité.

Le lendemain nous disons au revoir au mont Canigou enneigé que nous apercevons alors que nous repassons la frontière entre l’Espagne et la France. Nous ferons une halte dans le Gers à nouveau et tombons par hasard sur un restaurant fermier génial, la ferme du Choucou (www.lafermeduchoucou.com/) situé un peu avant Gimont et qui vaut le détour !

Une nouvelle visite rapide à Auch et nous bouclons notre boucle de 6 jours. A bientôt pour de nouvelles aventures !

Barcelone alone…

En route pour notre 3ème étape, Barcelone ! Petite question pour commencer : Savez-vous quelle est la différence entre un tour du monde en famille de 180 jours et une virée de quelques jours en famille ? Non ?….Eh bien c’est la concentration ! Quand on entreprend un grand voyage et qu’on se retrouve à l’autre bout de la planète, on reste attentif à tout, à l’affût tel un chasseur tapis dans un buisson et qui sent que son gibier pourrait lui échapper…il serait en effet si bête de se gâcher l’aventure par un souci quelconque, un imprévu malvenu…

A l’inverse, quand on se retrouve à Barcelone à un peu moins de 700kms de la maison, qui plus est en Europe et pour quelques jours seulement, on se détend…ahhhhhhh oui on se détend. On se détend tellement qu’on en oublie son téléphone sur le siège du bus qui nous a amenés sans effort en plein centre ville…

Résultat des courses, une arrivée dans la capitale catalane où tout devait se dérouler à merveille et qui commence au final bien mal par ma faute…Perdre son téléphone c’est embêtant, c’est même vexant…J’ajouterai même que quand on ne parle pas un mot d’espagnol en Espagne ni Catalan en Catalogne, on se sent vite seul…Pourtant on nous l’avait bien dit. « vous verrez, à Barcelone, tout le monde parle français ! ». A Barcelone du Gers peut-être mais à Barcelone en Espagne c’est moins vrai !

Heureusement que nos filles préférées contrairement à leurs parents préférés apprennent l’espagnol à l’école…et se rendent vite compte ainsi que leurs parents qui leur en font la remarque qu’il est urgent qu’elles y retournent pour apprendre non plus des mots et conjugaisons en ordre dispersés mais des phrases, des vraies, pour parler !

Du coup savez-vous qui se retrouve à parler espagnol sans en avoir jamais fait ? Dans la famille alone à Barcelone je demande le père ! Inutile de vous dire que la tâche fut mal aisée et infructueuse malgré mes efforts non dissimulés. Et ça n’est pas Nathalie qui, se sentant pousser des ailes dans un ultime regain de confiance en elle, viendra inverser la fâcheuse tendance dans laquelle je nous mis…En tout cas ça fait bien rire les filles. En atteste la photo où on voit Nathalie tenter de faire passer un message à un interlocuteur ibérique pourtant pas hystérique par le biais du téléphone rescapé de Jeanne et où on perçoit sur son visage le doute soudain l’envahir, l’obligeant à affronter la moquerie effrontée et non dissimulée de nos deux filles…jointe à la mienne 😉

Bref vous l’aurez compris, une entrée en matière désastreuse et de nature à gâcher un peu notre première visite de Barcelone. Surtout quand au bout de plusieurs tentatives pour essayer de faire parler mon téléphone parti sans moi faire un tour de bus, une dame espagnole peu sympathique décroche et m’envoie un « possedamos » (d’après mes sources « nous le possédons ») puis raccroche sèchement, action de nature à fixer dans mon esprit que je ne reverrai plus jamais mon mobile jusqu’ici traité avec la plus grande attention…

Pourtant la ville de Barcelone est grande et belle et il fait beau et bon. Les demeures signées Gaudi ainsi que la Sagrada Familia, cette cathédrale unique au monde, sont étonnantes. Les vieux quartiers historiques de la ville sont aussi charmants et les maisons anciennes sont bien présentes…

C’est décidé nous y reviendrons, mais plus concentrés cette fois…

A suivre…

E viva España !

Etape 2 de notre road trip à 4 roues, la côte méditerranée de l’Espagne ! Nous quittons notre camping « usine » bien qu’agréable et bon marché d’Argelès-sur-Mer (camping où les filles auront tout de même été conviées jusqu’à notre bungalow en voiturette électrique, excusez du peu…)

P1010414 Direction notre objectif du jour, la ville de Sitjes au sud de Barcelone que nous a opportunément indiquée Patrick un de mes nouveaux collègues. Un autre camping nous y attend, mais toujours en mode « confort sur bungalow ». Nous arrivons à l’heure du repas, c’est à dire 15h…nous sommes en Espagne non ? Avant d’y parvenir, nous pratiquons un bout de côte et la route à flanc de montagne donnant sur la mer est une première belle surprise. Une fois posés à notre base, la voiture ayant pour objectif de rester au repos, nous partons à pieds depuis notre camping du bout de Sitjes, en direction du bourg de Sitjes. S’en suit une ballade fort agréable où nous longeons la Méditerranée bordée de jolis immeubles et maisons aux styles anciens, art déco et modernes. La ville nous plait d’emblée beaucoup. Les ruelles animées nous séduisent aussi. L’été, Sitjes est une ville festive où la jeunesse plutôt à l’aise de Barcelone vient profiter du panorama. Elle est aussi un lieu prisé des couples de même sexe qui déambulent en toute quiétude, bras dessus, bras dessous, ou se réunissent dans des lieux branchés pour oiseaux de jour ou de nuit. Au final nous passons deux jours dans cette ville qui est un vrai coup de cœur.

et voici pour cette deuxième étape. A oui j’oubliais, une photo importante pour la suite de l’histoire, celle où je suis entrain de consulter mon téléphone mobile…

A suivre…

Le bonheur est dans le près

Depuis la fin de notre grande boucle mi-août dernier, l’idée de repartir est encore bien présente. Nous profitons des ponts du mois de mai pour faire non pas une grande, mais une petite boucle au départ de Gradignan, en direction de la côte méditerranéenne de l’Espagne pour un road-trip en voiture.

Etape n°1, le département français du Gers avec comme point central la ville d’Auch, petite capitale au grand charme dans laquelle j’ai passé 7 de mes jeunes années. Cette étape est l’occasion de montrer à nos filles, Jeanne et Pauline, ce lieu d’où je n’ai retenu que les bons souvenirs. L’occasion aussi de retrouver un ami de longue date Eric qui fait presque partie de la famille et découvrir avec plaisir son amie Marie-pierre et ses enfants. La haute ville d’Auch recèle de bien belles choses. Les escaliers monumentaux avec la célèbre statue de d’Artagnan, la tour d’Armagnac qui s’adosse à l’imposante cathédrale. Un peu plus loin, Salinis où j’ai passé mes années de collège. Nous passerons aussi faire une petite visite à l’école Jean-Jaurès où j’ai suivi quelques années de primaire et que je redécouvre avec un brin d’émotion. Nous finirons par le quartier de mon enfance, la pommeraie, route de Pessan…Aucune hésitation pour m’y rendre, c’est comme si je n’étais jamais parti de la ville 😉

Après une nuit à Mirepoix (du Gers) dans le très bucolique camping « le chalets des mousquetaires » en pleine campagne gersoise, nous descendons vers le sud. Une petite visite pédestre matinale au village médiéval de Montaut-les-créneaux, un passage sous le soleil dans le gros village de Gimont, puis nous poursuivons un peu plus au Sud en passant par la ville de Revel située en Haute Garonne. Celle-ci possède dans son patrimoine une halle royale majestueuse qui reçoit le marché de la ville depuis plus de 600 ans ! L’issue de la journée sera un gros camping usine à Argelès-sur-mer qui plaira beaucoup aux filles. Prochaine étape, l’Espagne !

A suivre…

Le globe trotteur !

C’était le week-end dernier (21 et 22 avril 2018), il faisait beau à Gradignan et nous avons eu le plaisir d’accueillir pendant deux très belle journées, entre 100 et 150 personnes au Prieuré de Cayac pour une exposition haute en couleurs. Les toiles de Nathalie sur le thème entre autre du voyage et les cadres photos symbolisant notre tour du monde en famille se sont parfaitement accordés avec les magnifiques photo-montages réalisés par Volga et les toiles originales de Muriel. Un beau moment de convivialité et de musicalité (merci Hugues 😉 à renouveler !

Nous avons eu le plaisir aussi de croiser pour de vrai Sonia et sa fille Pauline avec qui nous avions communiqué via notre blog tootenfamille pendant notre périple sans nous connaître.

Enfin pour compléter le tableau, nous avons offert une sortie à notre globe qui nous a servi de base pour poser les jalons de notre grande vadrouille, ainsi qu’aux 3 volumes édités du blog que Maryse nous avait gentiment offerts à notre retour et qui ont été très consultés !

Les photos sont à retrouver sur le blog des peintures de Nathalie. Prochaine exposition pour Nathalie, dans le village familial de Capbis (64) dans les Pyrénées Atlantique les 2 et 3 juin !

_copie-0_P1010207

A suivre…