L’ouest américain sans réservation, c’est possible ?

Voilà la question qui nous taraudait cet été 2019 avant de lancer notre road trip sur la côte Ouest américaine…

Par nature, nous n’aimons pas programmer dans le détail nos voyages. Cela nous avait bien réussi lors de notre tour du monde 2017 et l’idée de tout réserver à l’avance ne nous emballait pas. Pourtant, à la lecture de nombre d’articles et de blogs, nous avons beaucoup hésité…nous partions du 24 juin au 18 juillet parcourir les grands parcs de l’ouest américain à quatre et en pleine période touristique pour nous mais aussi pour nos amis américains.

Nous avions réservé notre vol plusieurs semaines au bénéfice d’un tarif défiant toute concurrence (370€ A/R par personnes au départ de Bordeaux avec Air France KLM, merci Skyscanner et Google flights !).

Nous avons donc pris le parti de réserver uniquement nos deux premières nuits d’hôtel à San Francisco, histoire d’encaisser en douceur les 9 heures de décalage horaire avant de prendre la route avec notre scoobidoo van Jucy facétieux…

Le reste s’est donc fait au fil de la route, du hasard, de nos envies, de nos péripéties et avec l’appui de connexions internet à variateur. Au final cette approche nous a encore réussi. Certes, nous n’avons pas pu dormir au cœur de certains parcs comme Yosemite par exemple ou Zion, mais nous avons toujours trouvé des formules super intéressantes moins encombrées et sans galérer.

Nous avons même pu visiter le désormais célébrissime Antelope Canyon « lower » en arrivant sur site à 9h et en passant à 9h30 pour une visite que nous imaginions impossible sans réservation. Et quelle visite !!! Les exemples de bonnes surprises ont ainsi été nombreux durant l’ensemble de notre road trip US, sans parler des rencontres. Les articles et les photos qui ont animé le blog chaque jour en attestent !

Donc, oui même à quatre avec deux ados, il est tout à fait possible de gérer son road trip au fil de la route sans avoir à se stresser outre mesure des points de chute ou des points de visites. Je précise que nous avions tout de même étudié (surtout Nathalie) les points clés et les étapes incontournables de notre road trip avant de partir. Un minimum de préparation tout de même afin de ne pas passer à côté de certaines splendeurs qu’il aurait été dommage de rater 😉  

A suivre…

Ouest américain : la sélection photo

Une sélection des photos du voyage qui donne une idée de la diversité des paysages rencontrés pendant ces trois semaines et demi.

A suivre…

La synthèse de Nathalie : notre road trip dans l’Ouest américain

C’est un pays XXL avec ses grands espaces, avec la variété et la richesse de ses paysages. La végétation y est surprenante ; on a découvert une diversité de fleurs et de cactus, les arbres immenses et majestueux qui imposent le respect de par leur grand âge comme les Séquoias géants de Séquoia Park. Nous avons été impressionnés par les vues vertigineuses sur les canyons. Quel dépaysement de découvrir les déserts infinis comme Death Valley et la côte Ouest magnifiquement sauvage et préservée ! Ces découvertes ponctuées de surprises quotidiennes face à cette immensité hypnotisante défilant devant nos yeux pendant notre road trip, ont contribué à entretenir la sensation de poursuivre notre voyage autour du monde d’il y a 2 ans.

P1100261

 

Il y a eu aussi de nombreux temps forts comme la rencontre magique et exceptionnelle avec les baleines et les dauphins à Monterey.

P1070381

Nous n’oublierons jamais également la sensation de chaleur torride et écrasante éprouvée à Death Valley et au désert de Mojave, asséchant de façon surprenante les voies respiratoires, avant de goûter au plaisir bien mérité d’un bain nocturne dans les piscines en toute tranquillité.

P1080172

Comme une enfant dans une cabane perchée dans les arbres, j’ai adoré dormir dans la tente sur le toit de notre van, isolée de l’humidité du sol avec une vue panoramique sur le paysage qui nous entoure.

P1100083

La ville de Las Végas contre toute attente est pour nous un site incontournable. La magie des lieux opère réellement avec ses somptueux décors reconstitués.

P1080441

Nous avons été aussi séduits par l’ambiance sixties de la route 66 comme dans les villes de Flagstaff, Williams et Selligman. On y ressent encore le culte des belles voitures (ce qui n’a pas laissé Nico insensible), des harley Davidson (ah ces Américains toujours amoureux de leurs montures !) et de l’American Way of life. J’ai notamment aimé Oatman, ville fantôme typiquement Western dans le cadre étonnant qu’offre le désert de Mojave.

P1100772

Nous avons aimé le moment convivial passé à Flagstaff avec les « Français », Chrisptophe, Valérie, Sylvie et Clara, que nous espérons les revoir en France pour prolonger notre voyage.

P1100644

Un moment chouette encore ; nous avons eu la chance d’assister à un magnifique et authentique travail au lasso dans une passion commune partagée entre cowboys blancs et les Natives Americans (c’est moins offensant que de dire « Indiens » selon les Américains).

P1100854

Les Américains sont sympathiques, ouverts et cools. Notre véhicule de fortune attisait partout la curiosité des autochtones et favorisait ainsi les échanges. Conformément à l’idée que je m’en faisais, les Américains sont toujours prompts à aider. Par exemple, j’ai pu constater cela quand Terry un Américain de Sausalito a appelé à ses frais un taxi grâce à son application téléphonique pour nous dépanner.

P1080709

Une enrichissante page se tourne grâce à ce road trip en famille qui nous a ressourcés et nous permet de poursuivre cette année avec une belle énergie.

Nathalie

En route pour Zion !

Nous quittons ce matin la ville de Saint Georges en direction du parc national de Zion (Utha). Nous empruntons la route qui nous permet de traverser le parc en voiture. Nous sommes partis un peu tard et du coup nous envisageons la balade pour le lendemain, vu le monde et la chaleur, c’est plus prudent. Pour l’heure, il nous faut trouver un camping. Nous nous arrêtons à plusieurs qui sont soit pleins, soit en plein soleil…nous continuons la route jusqu’à Mount Carmel qui est a la jonction des trois parcs que nous voulons faire et tombons sur un petit camping qui sera parfait pour les trois prochaines nuits. Nous nous posons et allons en fin d’après-midi profiter du coucher de soleil sur les Coral pink sand dunes, magnifique ensemble de dunes d’un sable ultra fin rose et qui ne colle pas !!! Le sable parfait. Nous passons un beau moment au calme ou presque…en effet, des engins 4×4 heureusement peu nombreux à cette heure viennent parfois perturber la quiétude du parc. Le soleil se couche…

Le lendemain nous partons tôt pour arriver sur la parc de Zion à 7h30…le parc est déjà noir de monde !!! Nous attendrons 30 minutes avant d’emprunter la navette qui nous amène à notre balade du jour, une biche (sûrement Bambi) vient nous rendre visite. Le bus nous dépose au pied de notre ascension du jour et là encore une queue interminable de valeureux montagnards attend sagement son tour. On nous dit qu’il faut patienter au moins 2h40 avant de pouvoir débuter la montée…mais ça n’est que pour la dernière partie tellement encombrée que les gens sont autorisés au compte goutte. Nous n’aimons pas attendre alors on part et croisons un cactus lapin crétin que nous déniche Pauline. Les paysages aperçus la veille en voiture se révèlent tels qu’on les attendait. Grandioses ! Nous ferons au final un belle balade. Nous croisons sur les hauteurs deux Charlottes à qui nous parlons car elle sont françaises, du coté de Metz et entament aux Etats-unis leur dernière étape d’un tour du monde de 6 mois…tiens, tiens, ça nous rappelle quelque chose 😉 Une jolie rencontre qui se termine par un échange de prises de photos.

Nous terminons la balade vers 14h30 et redescendons vers notre camping en appréciant toujours les paysages qui s’offrent à nous depuis notre route. Nous terminons par un repas à l’heure espagnole et profitons de la présence derrière la vitre du restaurant d’un bar à Colibris. Encore une très belle journée !

Demain place à Bryce Canyon !

A suivre…

Nuit torride à Death Valley !

Nous quittons ce matin notre petit Motel de Mammoth Lake où la fraicheur matinale et montagnarde aide à nous réveiller. Nous allons faire une boucle en voiture autour de cette zone où les stations de ski ont l’air appréciées. Toujous pas d’ours en vue par contre…

Prochaine courte étape la ville de Lone Pine réputée pour avoir hébergé plusieurs scènes mythiques de western avec quelques belles maisons et saloon qui donnent une idée de l’ambiance. En outre la vue sur la plus haute montagne des Etats-Unis, le Mont Whitney qui culmine à plus de 4400m est très appréciable. Une belle étape même si nous nous attendions à plus pittoresque.

Nous descendons désormais vers la redoutée, à cette saison, Death Valley. Il fait déjà bien chaud mais ce n’est rien par rapport à ce qui nous attend. Nous nous dirigeons vers le point le plus chaud du monde. Le point le plus bas de la vallée Badwater situé  en dessous du niveau de la mer à -85,5 mètres, qui détient le record de température la plus haute avec 56,7°C. Nous ne battons sûrement pas ce record mais touchons à des températures de près de 50° !!! Une fournaise. Pourtant, le vent fort et l’air très sec rendent assez supportable tout cela (sous l’ombre du véhicule). Les paysages sont magnifiques et très variés tout au long de la route.

Nous arrivons vers 17h au milieu de la vallée qui fait plus de 300km de long, pour trouver un camping…La nuit promet d’être chaude. D’ailleurs, le camping qui nous accueille est vide. Il doit y avoir une raison. Nous nous installons. L’endroit est magnifique. Bordé par deux ranch oasis dont celui dans lequel nous sommes à Furnace Creek qui abrite le cours de golf le plus bas du monde. Heureusement pour nous une piscine bienvenue nous attend. L’eau y est à plus de 30° et nous avons un peu froid en sortant du fait du vent. Je ne pensais pas qu’on pouvait avoir froid sous 50°C…La nuit sera torride, la température restant très très chaude tout le long et le vent faiblissant.

Le ciel étoilé qui s’offre à nous et la sensation que la terre nous appartient est assez magique. Hier à la même heure nous étions à près de 3000m d’altitude et nous n’avions pas chaud, ce soir, nous avons changé de monde. Demain, nous parcourrons l’autre moitié de la vallée pour nous rendre à Las Vagas. La Sierra Nevada (chaine enneigée) située en Californie que nous avons adorée restera un très grand souvenir !

A suivre…

 

 

 

 

Yosemite, nous voilà ! (acte I)

Nous partons tôt ce matin (nous nous levons naturellement tous les jours à 5h45 du matin alors qu’il fait déjà jour depuis au moins 30 minutes) en direction de Yosemite, notre objectif du jour et peut-être plus nous verrons bien ! Les premiers virages montant nous amenant vers le cimes nous éclairent le visage de beaux sourires. Ca s’annonce plutôt bien. Il y a déjà du monde en approchant du parc. Après une heure de route à traverser assez peu de villages, nous achetons notre « pass America the beautiful » à l’entrée du parc. Il est valable pour tous les parcs nationaux américains (80$).

Dès l’entrée nous nous rendons compte que tout cela va bien nous plaire. Les paysages et la vue sur les montagnes environnantes sont superbes et vraiment grandioses, les forêts majestueuses malgré quelques stigmates des terribles incendies d’il y a deux ans ! Les points de vue sont époustouflants et le spectacle des cimes du cirque qui nous entoure est grandiose. En perspective nous découvrons la plus grande cascade des Etats-Unis, avec 700m de chute d’eau dévalant en un immense éclat. Le long de la balade, nous voyons des espèces d’oiseaux très intéressés par les miettes que nous laissons de nos grignotages, des écureuils bien vifs et difficiles à approcher. Nous ratons de très peu visiblement au vu de la fraicheur des traces, un ours à peine sorti de la rivière quand il a dû nous entendre arriver. Nous ne pensions pas qu’ils seraient si près alors qu’il y a déjà tant de monde sur le parc malgré l’horaire matinal. Du coup nous faisons un demi-tour prudent avant de tomber sur des américains qui nous disent qu’il n’y a jamais eu d’accident dans ce parc avec les ours malgré les millions de visiteurs qui s’y pressent et qu’il serait dommage de ne pas continuer notre visite par le sentier que nous avions commencé à aborder. Du coup nous reprenons le sentier très calme qui nous avait tenté quelques minutes au préalable. Les filles ne sont pas très rassurées, mais je suis prêt à dégainer mon appareil photo s’il le faut et à taper dans mes mains pour le faire fuir, il paraît que c’est une technique infaillible…

Après quelques heures sur site, nous décidons de quitter le parc pas trop tard pour éviter de trouver des campings déjà pris d’assaut. Nous empruntons une route de montagne qui nous mène sur les hauteurs de la vallée. Un panneau camping nous attire l’œil. L’Endroit est sauvage et devrait nous plaire. Bingo, après environ 3 kilomètres à serpenter sur une toute petite route à travers bois dans la montagne, nous arrivons dans un superbe camping très naturel qui est le domaine des ours, nous sommes à environ 2000m d’altitude tout de même…

Nous nous équipons pour la nuit et mettons nos aliments et autres produits sucrés (dentifrice, liquide vaisselle etc…) dans un coffre en acier prévu à cet effet. En effet, cela nous évitera une visite nocturne d’un ours qui voudrait bien nous lécher attiré par l’odeur sucrée dans le véhicule dans lequel nous dormons. Nous passons la fin d’après-midi à profiter de la forêt, j’allume le brasero qui est sur notre emplacement pour l’ambiance et la chaleur à la nuit tombante. Nous en profitons pour fêter les 16 ans de notre Jeanne préférée et la nuit s’annonce…nous réservera t’elle des surprises…

A suivre…

Les baleines ont bien bossé !

Après une recherche de logement pour la nuit un peu compliquée, la journée ayant été chargée, nous sommes arrivés un peu tard pour trouver un camping…au final nous arrivons dans un motel pas très reluisant mais aux matelas bienvenus ! Il faut bien nous remettre dans le rythme… le lendemain, nous partons guillerets à la rencontre des cétacés tant convoités, nos amies les baleines à bosse. Un test de montage du toit de notre van pour nous rassurer et hop, à nous les poissons ! Finalement, nous croiserons les incontournables lions de mer, des loutres géantes flottant sur le dos, des oiseaux divers et variés, des dauphins joueurs et les fameuses baleines à bosses ! L’une d’elle nous gratifiera d’un magnifique saut à une dizaine de mètres du bateau ! J’ai eu la chance de l’attraper en vol d’où la photo que je n’espérais pas ! La balade était vraiment chouette, sur un bateau pas trop gros et respectueux des animaux. Merci Nath et Jeanne d’avoir insisté pour qu’on y aille !

 

Après ce super moment, l’après-midi est dédié à découvrir la magnifique côte Ouest en descendant en direction de Los Angeles. Notre objectif, nous rendre à Big Sur avant de remonter vers Monterey pas trop tard cette fois-ci pour tenter de trouver un camping pour la nuit…Malgré le temps très frais lié à un vent très fort, les paysages sont splendides et la luminosité très agréable…

 

Demain, nous nous dirigeons vers la parc de Yosemite que nous devions faire initialement sur la partie du retour.

A suivre…

Hit the road Jack !

Après une chouette journée hier à arpenter les rues et quartiers de San Francisco, il nous reste une matinée sur place avant de partir récupérer notre van coloré. Nous partons à pieds en direction de la côte pour faire un dernier clin d’œil à l’emblématique Golden Gate Bridge et traversons des quartiers plutôt chics. Une affiche publicitaire sur le Lillet nous ramène du côté de Bordeaux. Au pays de la Ford Mustang, il reste encore quelques vestiges des anciennes limousines. Nous découvrons aussi un palace les pieds dans l’eau témoignage de l’âge d’or de San Francisco.

Nous revenons un peu avant 11h à notre motel et utilisons pour la première fois l’application Uber un peu échaudés par le coût du taxi et du pourboire lors de notre arrivée. Je clique pour valider ma course sur l’appli et un chauffeur apparaît moins d’une minute après devant l’établissement ! Nicholas, un jeune chauffeur de père mexicain et de mère japonaise nous reçoit avec un sourire engageant. Il connait un peu la France et l’adore. Il travaille chez Uber pour se payer ses études qui débutent dans quelques semaines. Une jolie rencontre et une première utilisation d’Uber réussie ! Merci Cédric 😉 Nicholas nous dépose devant le site de Jucy où nous devons récupérer à 13h notre van. Avant cela, nous allons déjeuner dans un troqué typique aux accents latinos sur fond d’odeur de friture et de graisse. Les sourires du personnel ajoutent un peu plus à l’ambiance. Ca y est nous sommes bien dans le sud des USA !

Nous récupérons notre van plutôt vieillot, espérons qu’il fera l’ensemble du trajet…et partons à la découverte des routes US. Une première là encore. Les feux ici sont positionnés de l’autre côté du croisement. Une habitude à prendre rapidement pour éviter de se retrouver au milieu de la route et de risquer un accident. La côte que nous atteignons au bout de plusieurs minutes est absolument magnifique. Nous nous arrêtons de temps à autres pour admirer et regarder les lions de mer, pélicans et autres espèces qui sont présents partout dans la baie de Monterey.

Après une dernière visite dans la jolie ville de Santa Cruz, nous quittons le bord de mer et descendons vers Monterey. La fatigue nous gagne, la faim aussi, et la soirée n’est pas finie…Nous visitons l’ancien port de Monterey au charme certain mais très touristique. il nous reste à trouver un endroit où dormir mais ce sera chose difficile…

Une expérience à intégrer pour la suite 😉 Demain, visite des baleines si elles veulent bien nous voir.

A suivre…

Welcome to the hôtel, California !

Après près de 12 heures passées dans l’avion, nous somme bien arrivés à San Francisco. Les secousses sont oubliées et la tête est encore un peu au pôle nord. La vue d’avion à l’arrivée est magnifique sur la côte Pacifique puis sur l’immense baie que nous survolons. Le temps est clair quand nous descendons de l’avion, bien heureux de retrouver la terre ferme et ravis de revoir San Francisco. Après avoir tourné un bon moment pour décider du moyen de transport qui devait nous amener à notre hôtel, c’est un taxi qui nous y dépose…la fatigue est là liée au décalage horaire de 9 heures. Nous pensions aller nous balader, mais au final c’est une nuit en décalé qui nous attend…

Le lendemain c’est vers 4h du matin heure locale que nous émergeons. Pas possible de dormir plus. Notre rythme de sommeil est resté en France visiblement. Nous partons quelques temps après vers San Francisco pour retrouver l’ambiance sympathique de cette ville. L’air matinal est frais mais le soleil est là, bien agréable. Nous flânons le long de la côté et retrouvons le Golden gate bridge et  l’île qui héberge l’ancienne prison d’Alcatraz. La jetée nous permet de découvrir une jolie vue sur la ville et ses reliefs et aussi de découvrir de drôles de bêtes dans l’eau. Un lion de mer nonchalant, des baigneurs bien courageux qui nagent non loin de là.

Nous tombons ensuite par hasard sur un terminus de câble car, ces fameux vieux véhicules à crémaillère emblème de la ville. Il y a deux ans, la queue était tellement dense que nous ne nous y étions pas risqués. Là pas un chat ou presque de ce côté là. Banco, c’est parti pour un petit tour, en douceur et en fraicheur. Les nuages et la brume chers à la baie de SF nous ont rejoint. Le soleil nous manque et le taux d’humidité grimpe rapidement ! Une fine bruine arrive mais heureusement pas de pluie.

Une fois descendus en plein cœur de ville sur l’immense Market street, la flânerie reprend. L’objectif, trouver une carte sim pour être joignables et surtout récupérer un accès internet qui nous sera utile sur la route ces prochains jours…Nous rentrons dans une immense galerie commerciale aux riches commerces, trouvons la carte sim qui se refuse à fonctionner sur mon téléphone et termine dans celui de Nathalie un peu capricieux (le téléphone;-).

La connexion établie nous contactons comme nous l’avions prévu Marie, la fille d’Isabelle, que nous avions rencontrée en Italie il y a quelques semaines et qui fait ses études dans la région. Ca tombe bien elle est elle aussi au centre ville de San Francisco. Après quelques minutes à tourner à nouveau, nous nous retrouvons et partageons un bon moment de balade avec elle qui se terminera au Hard Rock café situé sur les très longs quais, non sans aller rendre visite à notre statue préférée de Gandhi.

Marie nous quitte et nous déambulons sur les quais. Les filles veulent revoir le Pier 39 et ses otaries célèbres. Elles sont beaucoup moins nombreuses qu’il y a deux ans sur les pontons qui leur sont réservés, mais le spectacle est toujours aussi amusant. Nous cédons à Pauline qui veut aller dans une galerie de miroirs plutôt sympa au final, puis filons vers la Coit Tower que nous n’avions pas faite la fois dernière.

Nous arrivons tant bien que mal à la fameuse tour qui domine la baie de SF. Elle servait de phare pour guider les bateaux puis de télégraphe. Pour y accéder il faut escalader la colline sur laquelle elle se trouve mais l’effort est très largement récompensé. Les quartiers traversés sont bien sympathiques et la vue est très belle. Nous montons dans la tour et découvrons le meilleur panorama à 360° de la ville. Nous ne sommes pas déçus !

Nous revenons ensuite par les quais en traversant le quartier siège de Levi’s où les filles feront une halte achat…moi qui croyais qu’elles étaient fatiguées…quelle ressource ! La journée se termine comme elle avait commencée, en marchant. Nous avons fait pas loin de trente kilomètres aujourd’hui pour un début c’est pas mal. Les filles ont bien mérité un peu de gastronomie locale…un Mac do !

Demain nous récupérons notre minivan « Scoobidoo » et partons longer une partie de la côte ouest vers le sud, en direction de Monterey et peut-être des baleines…

A suivre…