R4 à 6 : Gradignan « retour à la maison dans le calme »

(#France #Gironde #Gradignan)

Après des retrouvailles familiales bien agréables dans notre Béarn bien aimé, nous retrouvons notre maison de Gradignan près de Bordeaux sans excitation particulière hormis pour les filles qui sont elles un peu impatientes. Nous arrivons de nuit encore un peu déboussolés par le décalage horaire qui se fait cela dit de plus en plus discret.

Le retour à la maison est un moment un peu particulier après six mois d’absence. En dehors des herbes hautes dans le jardin, pas grand chose de changé. La maison a visiblement bien supporté notre absence, qu’elle se rassure, nous aussi ! Toutefois, en ouvrant la porte d’entrée, notre petite maison nous parait de l’intérieur plus grande qu’avant…A force de vivre à quatre dans des environnements étriqués, en dehors de la maison de Jean-Pierre et Sylvana en Nouvelle Calédonie (merci pour la carte !) et de celle d’Eric et Titaina en Polynésie, nous avons fini par voir les choses en grand 😉 …Bon l’effet loupe sur la maison ne dure qu’un quart d’heure…le plus gros chamboulement vient sûrement du calme qui règne dans la maison, notre chien Ulysse et notre chat Charly nous ayant quittés avant notre départ. Jeanne et Pauline n’y pensent pas trop pour l’heure et courent dans leur chambre pour retrouver leur espace. Elles sont ravies.

Après ce retour discret de nuit dans notre petite ville, les sollicitations commencent rapidement à arriver. Nos amis qui ont bien suivi notre périple au travers du blog semblent impatients de nous retrouver. Nous aussi ça tombe bien ! Nous reprenons dès le lendemain nos bonnes habitudes de réunions entre amis autour d’un bon petit repas. C’est que même si nous avons raconté beaucoup de choses de notre tour du monde via notre blog, les questions ne manquent pas pour avoir quelques précisions complémentaires et en live sur les lieux traversés, ceux que nous avons préféré, la nourriture etc… Ces moments sont bien agréables. le beau temps qui nous accompagne en cette dernière partie de l’été contribue à nous faire atterrir en douceur.

Nous retrouvons aussi rapidement nos petites habitudes de balade. Au centre ville où les travaux vont bon train, mais aussi le long de l’eau bourde, la rivière qui traverse Gradignan et qui est notre balade préférée en proximité de la maison. Nous retrouvons cet endroit avec grand plaisir et en apprécions toujours autant son charme et son calme. Le pèlerin de Compostelle est toujours là impassible dans son costume de bronze et semble nous avoir attendu avec une certaine sérénité.

Les choses se remettent rapidement en place et on se rend compte qu’une absence de six mois est finalement assez courte. Le prochain gros cap à passer sera forcément la reprise du travail dans quelques jours pour moi, dernière étape avant de revenir à une vie plus classique…Je ne sais pas encore ce que je vais faire au retour dans mon entreprise…si vous avez des pistes 😉

Cette reconnexion à notre vie courante intégrée, nous allons désormais pouvoir prendre le recul nécessaire pour faire le bilan de notre voyage de 6 mois…

A suivre…

 

 

R2 et 3 : Béarn « retrouvailles familiales »

(#Europe #France #Pyrénées #Béarn #Pau #Capbis #Nay)

Après nous être posés sur le sol français le 13 août 2017 après six mois d’absence, nous partons en direction du pied des Pyrénées pour la fameuse fête de Capbis, petit (très) havre de paix propice au début des retrouvailles familiales. Comme chaque 14 et 15 août la fête du village s’y joue. Au programme, bon repas sur fond de produits régionaux, bal et le lendemain, exposition de voitures anciennes et jeux sans écran (eh oui ça a existé;-)…

Nous partons de Pau, ville de mes parents et de Cécile ma soeur et où nous avons passé notre première nuit française, pour nous rendre à Capbis, village de mon père et de ses sœurs, mes tantes, dans l’ordre d’arrivée, Cathy, Véronique et Pierrette…Sur la route Jeanne et Pauline profitent de leur situation sans volant pour prendre quelques clichés des montagnes au pied desquelles nous nous dirigeons…C’est toujours aussi beau et nous sommes plutôt contents de les retrouver!

A notre arrivée à Capbis, la fête est prête à commencer. Les tables sont mises pour le repas du soir et la sono est prête à réchauffer l’atmosphère. Les premiers danseurs prennent rapidement position, d’abord les meilleurs de la famille 😉 pendant que les autres dont je fais partie tiennent le verre qui leur a été servi, les empêchant ainsi de fouler la piste…la piste leur en sera reconnaissante 😉 Le repas du soir sur fond de tubes des années 80 pour certains presque oubliés donne des ailes aux plus en forme du moment…pour ma part, le décalage horaire que j’ai décidément du mal à avaler m’incite à la raison et à me retirer pour pratique d’une activité à l’horizontale et en solo pour faire taire les plus folles rumeurs avant même qu’elles ne se mettent à courir… Les filles plus en forme visiblement s’adonneront au badminton puis aux quilles…

Après une nuit réparatrice et longue, c’est au tour des voitures anciennes ou de collection de s’inviter au pied des Pyrénées. Cette activité correspond mieux à mes compétences que celle de la veille au soir. Le petit Raphael se verrait bien essayer cette moto Terrot.

La fin de matinée nous amène avec Thomas l’un de mes nombreux cousins, sa seule femme Virginie et leurs deux enfants, Raphael et justin, dans la très jolie petite ville de Nay (pour les nordistes amateurs de pains aux chocolats et non de chocolatines, ça se prononce ici bas « naille ») non loin de Capbis. Nous reprenons contact avec les bons produits régionaux qui nous ont un peu manqué durant les six mois de notre tour du monde notamment pour ma part, la charcuterie particulièrement bonne dans les Pyrénées, les bons pains et les bonnes pâtisseries. Nous cèderons aussi à une dégustation d’un des meilleurs vins de Jurançons que nous connaissons, le Cru Larose, et je ne dis pas cela parce qu’il est élevé par Chantal et Pascal, mon cousin ;-). Le guide hachette l’a lui même bien noté (à consommer avec modération tout de même…)

L’après-midi est quant à lui consacré à nouveau aux voitures de collection, aux jeu de quille dont Pierrette est l’une des championne depuis trois ans même si d’autres amateurs locaux aidés de leur béret (c’est admis par le règlement) tentent leur chance. Le jeu du crapaud est également de sortie et fait le bonheur des jeunes générations…Pendant ce temps là mes parents prennent la pause devant la maison de famille qui a vu naître mon père et ses sœurs.

Il nous faut désormais penser au retour chez nous, même si nous serions bien restés un peu plus , mais nous avons de quoi faire à la maison… Après les retrouvailles familiales bien venues, vient le temps des retrouvailles avec notre maison…les pins des Landes que nous croisons sur la route nous indiquent que nous sommes bien dans la bonne direction, nous nous souvenons encore de la route ,-) L’inverse nous aurait inquiété…

A suivre…

R1 : France « Retour à la case départ ? »

(#TourDuMonde #France #Lourdes #Pau )

Ce matin, nous sautons dans la navette qui doit nous amener à l’aéroport de Stansted au Nord de Londres. Nous y arrivons à 6h, heure locale (-1h par rapport à la France). Il y a déjà un monde fou dans le hall ! Nous attendons une heure assis par terre comme ça, que l’enregistrement des bagages soit ouvert. Si nous avions su nous aurions un peu plus dormi…quoique, nous avons encore un peu de mal à surmonter le décalage horaire et sommes réveillés depuis 3h du matin…Un peu avant 9h, nous montons dans l’avion pour notre dernier vol avant de retrouver le sol français quitté le 16 février 2017 jour de lancement de notre tour du monde en 180 jours.

Nous sommes tout à la fois contents de rentrer mais aussi un peu tristes à l’idée de conclure cette belle aventure familiale. Jeanne et Pauline sont quant à elles surexcitées à l’idée de revoir la famille, notamment leurs grands parents dont elles nous parlaient beaucoup ces derniers jours.

P1250024

L’avion décolle et quelques minutes après, nous quittons les côtes anglaises pour traverser la manche. De l’autre côté, nous attend la France, cher pays de mon enfance. La campagne est belle vue du ciel. On distingue par rapport à l’Angleterre davantage d’arbres et de petites forêts. Nous arrivons au bout d’1h40 de vol à l’aéroport de Tarbes Ossun (salut les Dupouy !) Lourdes. Le soleil nous permet d’apprécier la chaine des Pyrénées au fond qui fait son apparition. Les retrouvailles avec la famille en petit comité sont bien agréables même si on se rend compte que six mois d’absence au final ça n’est pas si long que ça. Nous nous sentons un peu groggy à vrai dire…

Demain, nous nous retrouvons en famille pour les traditionnelles fêtes de Capbis, petit village paternel. D’ici là nous aurons un peu laissé décanté toutes nos émotions.

_copie-0_IMG_9698[2429]

 

Et le blog dans tout ça ? Le blog va continuer un petit peu. D’une part, nous avons à cœur de proposer une synthèse des ces 6 mois vus par chacun des membres de la tribu Toots. Ensuite, il nous tient à cœur de présenter à tous ceux que nous avons croisés au cours de cette aventure et qui nous suivent, notre pays et nos lieux de vie afin de poursuivre dans cette idée du partage.

Alors à suivre 😉

 

 

J1 : dans les conditions du départ !

Voilà là c’était ce matin, on n’en menait pas large…Petite question en passant. Ça se voit qu’on a fait des économies sur tout y compris sur les doudounes ? Merci de votre indulgence 🙂img_3010