O sole mio ! (mon soleil)

Et voilà, notre dernière journée s’achève par la visite de l’île d‘Ischia, au nord du golfe de Naples. Le bus conduit par l’adorable et adoré Pascuale arrive tôt pour nous permettre d’éviter les bouchons Napolitains. Après la journée pédestre de pleine autonomie que nous avons vécue hier, les longs trajets en bus nous rattrapent. Pascuale notre chauffeur s’arrête prendre notre nouveau guide du jour, Claudia n’étant malheureusement plus avec le groupe pour les deux derniers jours. La comparaison serait cruelle pour lui, n’en parlons pas…Après une heure à attendre le ferry puis une heure de navigation, nous accostons sur l’île sujet du jour, Ischia. l’environnement est très agréable et le soleil retrouvé nous redonne du baume au cœur même si nous nous sentons fatigués. Mais là encore nous attend un gros bus climatisé dans lequel nous nous engouffrons pour réaliser un tour de l’île, soit environ cinquante kilomètres, tels des poissons dans un bocal. Un seul arrêt nous permettra d’apprécier la température clémente du jour et le panorama en perspective sur la méditerranée. L’animation du jour viendra d’une petite manifestation pour défendre le droit à être soigné dignement. Les préoccupations des italiens ne semblent pas très éloignées des nôtres…le bus sans âme sera bloqué quelques minutes à cette occasion. Nous bouclons le tour de l’île qui est très belle et apercevons des roches et maisons en pierres de couleur vert pâle étonnantes. Le sable épais que nous découvrons sur le bas de l’île est, contrairement à celui noir et fin de ces derniers jours sur les bords du Vésuve, d’un blanc gris aux reflets légèrement verdâtres. Mais déjà l’heure du repas sonne et nous nous retrouvons dans un restaurant où nous dégustons de bonnes pâtes avec des fruits de mer. L’après-midi est l’occasion d’une pause de près de deux heures sujette pour notre part à profiter des rayons du soleil, allongés sur les rochers d’une digue.

Une fois regagné le ferry du retour, nous croisons une très jolie petite île, celle de Procida qui semble vue du ferry pleine de charme.  La bateau fait une halte rapide le temps d’embarquer de nouveaux passagers et reprend sa route lancinante vers Naples et sa superbe baie avec toujours en toile de fond le Vésuve qui cache sa tête dans quelques nuages accrochés. Les odeurs de gazoil nous envahissent et deviennent sur la fin du périple difficiles à supporter. Nous laissons notre guide du jour sans saveur et retrouvons avec bonheur notre chauffeur de bus admiré et admirable.

Pascuale nous amène sûrement pour la dernière fois à notre hôtel. Tous les membres du groupe lui réservent une ovation bien méritée tant le Napolitain visiblement ému a fait honneur à sa région de Campani et à ses semblables. Nous le saluons avec émotion tant nous nous étions tous et toutes attachés à lui. O sole mio chanté par Pavarotti accompagne les derniers tours de roue du bus. Ce morceau va bien au classieux Pascuale qui aura été tout ce séjour un vrai soleil pour nous aux côté de l’élégante Claudia.

Au long de ces quelques jours, nous avons pu découvrir ce qu’est un voyage organisé, nous qui sommes adeptes de voyages inorganisés. Nous retiendrons de ce voyage la facilité et le confort de se laisser porter et guider, même si sur la fin du séjour le manque de liberté qu’oblige la vie de groupe nous a pesé. Nous avons pu en une semaine, découvrir beaucoup de lieux que nous n’aurions peut-être pas découvert de cette façon. Les explications de Claudia notre guide nous auront permis d’apprendre beaucoup de détails intéressants et utiles pour bien comprendre le pays et la magnifique région de Naples. La vie au sein de notre groupe s’est plutôt bien déroulée et nous avons pu échanger agréablement avec une bonne partie de ses membres. Nous avons aussi pu nouer une amitié avec Isabelle et Marie arrivées dans ce voyage de la même manière que nous en tant que remplaçantes. 

Nathalie comme elle en avait pris l’habitude lors de notre tour du monde en famille, prévoit très rapidement une synthèse complémentaire aux récits journaliers pour y faire part de ses impressions. 

Demain, nous rentrons sur Toulouse en avion puis sur Pau en bus… Nous retrouverons mes parents qui, n’ayant pu participer à ce voyage nous en ont fait gracieusement bénéficier. Nous les en remercions ! Les pages mémoires du blog sur l’Italie du Sud leurs sont dédiées. Elles leur auront permis je l’espère de suivre au quotidien le voyage qu’ils auraient dû faire, par procuration ainsi qu’à tous ceux qui nous ont suivis. Nous retrouvons vendredi le reste de la tribu tootenfamille, nos filles adorées Jeanne et Pauline que les parents de Nathalie ont gardé pendant notre absence.

A suivre…

7 réflexions sur “O sole mio ! (mon soleil)

  1. Cécile 30 mai 2019 / 10:55

    Ça donne envie ! Bon retour
    On a hâte de lire la synthèse de Nathalie et de suivre vos prochaines nouvelles aventures #tootenfamille aux States

    J'aime

  2. Gabhen 30 mai 2019 / 09:57

    Dommage que vous n’ayez pas eu un peu plus de soleil et que vous ayez eu beaucoup de transport non stop. Bon retour sur Pau et Bordeaux et comme le disait Lamartine : »si Naples est la plus belle vue sur mer , Pau est la plus belle vue sur terre… »

    J'aime

    • tootenfamille 30 mai 2019 / 10:02

      C’était quand même chouette et les environs de Naples meritent d’être visités.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s