J120 : La voiture, c’est l’aventure !

(#Nouvelle Calédonie – de #Nouméa à #Yaté #RivièreBleue et #Goro)

Malgré la forte pluie qui a joué avec nos nerfs une bonne partie de la nuit, nous sommes bien décidés à visiter le Sud que nous avons finalement évité hier du fait de prévisions météo trop hasardeuses…Nous sautons dans notre Twingo baroudeuse et traçons la route jusqu’au parc de la rivière bleue. Le plafond reste assez bas mais la pluie se décide à rester là où elle est le mieux, c’est à dire dans les nuages. Après une longue route sinueuse comme je les aime, nous parvenons à notre objectif aux alentours de 10h. Nous achetons notre ticket d’entrée et d’accès à la navette. Nous pénétrons dans le parc qui est très beau et au milieu duquel coulent deux rivières, la bleue et la blanche qui se mêlent dans une immense retenue artificielle qui a noyé plusieurs vallées. Ce lac est en fait dû à un barrage réalisé pour les besoins de l’industrie minière de nickel, (notamment pour la production électrique) métal dont la Calédonie est le 3ème producteur mondial avec plus de 20% de la production, ce qui paraît incroyable quand on connaît la taille de l’île, qui bien que troisième île du Pacifique en superficie demeure tout de même de petite taille.

Le vert électrique de la végétation malgré la grisaille du ciel comme hier nous séduit. Le contraste avec la terre rouge est saisissant…qu’est-ce que cela doit être en plein soleil !?! Nous passons par la forêt noyée, avec des chênes gomme qui se sont retrouvés les pieds et le tronc dans l’eau suite à la construction du barrage il y a environ soixante ans et qui sont encore debout ! Nous apercevons aussi nombre d’espèces endémiques et inconnues chez nous en métropole. Nous faisons ainsi connaissance avec un ressortissant exclusivement calédonien, le Cagou, drôle d’ONVI, oiseau non volant identifié et emblème de l’île.  Il en reste 700 dans le parc et pour les attirer, il suffit de gratter le sol avec son pied. L’oiseau qui n’a pas de prédateur naturel arrive alors en confiance pour finir le boulot de grattage à la recherche de vers grassouillets. Par contre le Cagou n’aime pas qu’on aille à sa rencontre et il crache alors comme un chat…il se trouve qu’il a justement failli disparaître car victime des chats introduits sur l’île, des rats et des chiens errants…Il paraît aussi que le non volatile émet des bruits qui ressemblent à l’aboiement d’un chien…drôle d’oiseau ! Nous rendons également visite à un arbre, le grand Kaori,  gigantesque, vieux de 1000 ans et au tronc dont les contours à sa base doivent faire pas loin de dix mètres (difficile à rendre en photo). Au final nous faisons une belle visite dans ce parc aidés par la gentillesse de notre chauffeur de bus du jour qui joue aussi pour nous le rôle de guide touristique. Il s’agit de Guylaine avec qui nous faisons la traditionnelle photo et qui vient d’une des quatre tribus du Sud de l’île. Nous pouvons échanger avec elle sur la vie dans l’île, les liens entre tribus et les prochaines échéances politiques. Un échange riche et encore une belle rencontre !

La deuxième partie de journée est dédiée à la poursuite de notre boucle du Sud. Nous redescendons de la montage en direction de Yaté et longeons autant que possible le littoral. Les paysages qui s’offrent à nous sont magnifiques et nous plongent dans une autre ambiance que celle que nous avons pour le moment côtoyée sur l’île. La vie semble s’être arrêtée, la végétation est luxuriante et l’océan Pacifique magnifique, laisse entrevoir au loin une barrière de corail protectrice. Les habitations sont souvent très simples mais les Kanaks les agrémentent avec goût notamment en ornant les entrées de plantes et fleurs colorées. Nous remontons ensuite côté montagne pour retourner sur Nouméa. La capitale est encore assez loin de nous. Nous savons déjà que nous rentrerons de nuit. Les lacets sur les petites routes nous offrent jusqu’à la tombée de la nuit de magnifiques vues. Nous arrivons sur l’immense usine SLN qui produit le nickel. Les lumières à peine allumées et les fumées qui s’en dégagent lui donnent un air de Mad Max. Nous ne nous attendions pas à une si grande et imposante usine au milieu de nulle part ! Nous empruntons des routes que nous devrions appeler pistes à la nuit tombante. Sur plusieurs kilomètres des virages en épingle, des nids de poule parfois plus proche du nid d’autruche vu la taille, se présentent devant les frêles mais robustes roues de notre Twingo qui s’en sort à merveille. Nous passons également des gués heureusement à faible profondeur mais qui sont avec la lueur déclinante plutôt impressionnants. Une chance que notre voiture ait réussi l’aventure jusqu’au bout sans avoir à faire demi tour car nous étions dans une zone montagneuse désertique et très vaste.

Nous arrivons sur Nouméa un peu avant 19h ravis de cette belle journée même si nous aurions aimé un peu plus d’éclaircies pour admirer encore un peu plus les couleurs naturelles des végétaux et de l’eau.

Demain, nous prévoyons de remonter vers le Nord de l’île…

A suivre…

PS : ayant tendance à prendre un peu d’avance sur les événements à fêter en ce moment, je profite de l’occasion pour souhaiter à chacun un bon anniversaire 😉

9 réflexions sur “J120 : La voiture, c’est l’aventure !

  1. Gwen 13 juin 2017 / 19:04

    Coucou la famille, je suis dans un train quelque part entre Paris et Bordeaux et je viens de rattraper 1 mois de mails de votre périple… ! Plus d’1h à visiter l’autre bout du monde à vos côtés 😉 Quelle aventure fantastique, que de magnifiques paysages et de belles rencontres, je suis transportée… Merci pour ce partage très riche. Je fais suivre votre blog à une amie qui a posé ses valises en famille en Nouvelle Caledonie depuis février – elle a visité l’île aux pins il y a peu 😎 J’espère que vous n’avez pas abandonné ce projet, cela semble incroyable. Profitez bien ! La bise de la campagne française, gare de Mouthiers plus exactement 😬
    PS : l’anecdote de l’iPhone est croustillante 😜

    Aimé par 1 personne

    • tootenfamille 14 juin 2017 / 11:29

      Salut Gwen sympa ton commentaire. Oui Le coup de l’iPhone était pas mal 🙂 Tu peux sans souci transférer le lien nous partageons avec plaisir. Pour l’île des pins il nous faudra revenir en Calédonie…on se consolera avec la Polynésie 🙂 Mais on voit de bien belles choses en NC. Bises. Nico

      J'aime

  2. Gabhenri 13 juin 2017 / 16:32

    Les paysages sont superbes malgré les caprices du soleil. Les couchers de soleil sont fantastiques.
    Bonne continuation.

    Aimé par 1 personne

  3. JFL 13 juin 2017 / 14:16

    Comme tu dis, cela doit être magnifique avec le soleil. Il est en fait ici en Métropole 😉
    Sais-tu à quoi servent les structures métalliques qui finissent dans l’océan ?

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s