J84 et 85 : What’s new pussycat ?

(#Australie – #Northern Territory – #PineCreek – #PussycatFlats)

Après un long voyage de près de 900 kilomètres qui nous a ramenés hier soir à notre campement de Pussycat Flats dans le petit village de Pine Creek (la mine d’or croisée il y a quelques jours pour ceux qui suivent 😉), nous nous réveillons les yeux encore plein d’étoiles, marqués par la beauté des paysages de ces deux derniers jours lorsque nous étions dans le désert.

 P1090205

Nous pensons rester une nuit seulement pour nous rendre en suivant dans le parc national de #Kakadu. Mais nous nous sentons tellement bien dans ce camp au tarif attractif, que nous y passons au final trois nuits et deux jours à profiter d’un rien ou plutôt à profiter de ne rien faire ou presque.

 P1090268

Les cinq jours de retard sur le blog peuvent être comblés grâce au wifi qui nous a fait défaut ces derniers jours (d’où les envois massifs ces derniers jours). Les filles ont leur programme scolaire à poursuivre, nous avons des lessives à faire etc…

Mais surtout, l’ambiance locale nous donne l’envie de rester là à écouter le temps qui passe, entrecoupé seulement parfois des cris des animaux voisins. Le soir nous entendons hurler des dingos, ces chiens sauvages amaigris, nous entendons les kakatoès au petit matin et leurs cris stridents dès qu’ils se posent en grappe sur les arbres voisins, ou encore d’autres sortes de perroquets ravis d’apercevoir le soleil, des roses ou même des verts bleus et rouges, comme ceux que nous avions eu la chance de voir il y a quelques jours à Batchelor. Et que dire des Ibis ou encore de ces innombrables termitières toujours aussi impressionnantes…

Enfin, nous entendons également des hennissements de chevaux sauvages au loin mais aussi se rapprocher à mesure que la nuit fait son apparition…ce qui a pour effet d’exciter durablement jeanne et Pauline ainsi que leur mère 😉

P1090240

Ainsi, du matin jusqu’à la nuit tombée, assis confortablement sur des fauteuils moelleux disposés à l’ombre d’un hall ouvert couvrant l’espace bar et restaurant, nous allons de table en table, de chaise en chaise sans déranger personne puisque nous sommes seuls en journée et presque autant le soir 😉. Le hall est ouvert sur l’immensité de l’ancien champ de course disposé devant nos yeux et balayé par un petit vent doux suffisant pour nous faire apprécier la forte chaleur de la journée en attendant paresseusement la fraicheur de la nuit…Ah oui j’oubliais, l’ensemble est subtilement agrémenté d’une musique au volume parfait issue d’une playlist parfaite elle aussi aux forts accents de rock seventies…

…J’ajouterais si je peux me permettre, la présence épisodique et rafraichissante d’une petite bière locale (la fameuse « binouz » pour nos amis brestois) ,pour nous imprégner non pas d’alcool mais un peu plus de l’ambiance cool du pays et nous rafraichir. Nous croisons le soir venu au bar du Pussycat Flats un chercheur d’or et sa femme (à ma droite sur la photo) version moderne, pratiquant des forages de 300 mètres de profondeur…on est loin de la ruée vers l’or avec des pelles et des pioches…

P1090326

Enfin, Sharon et Roger (à ma gauche sur la photo), les deux managers du camping, ont à cœur de nous faire découvrir des choses que nous n’aurions pas vues sans eux. Des nids d’oiseau bien cachés ou encore, de nuit grâce à leur lampe torche hyper puissante, la silhouette des fameux équidés dont il vaut mieux ne pas s’approcher car ils peuvent être très agressifs. Il y a quelques jours d’ailleurs un groupe de mustangs a pris pour cible une voiture qui voulait tout simplement emprunter la route sur laquelle se trouvaient la horde de chevaux, façon « hennis » qui mal y pense…

Le dernier jour, se sentant sûrement désirés, les chevaux feront plaisir aux filles en ce montrant chose rare en plein jour. (attention, la séquence photo qui suit n’est que pour les amateurs et les puristes et je sais qu’il y’en a 😉 ). 

Bref ni les filles ni nous n’envisageons de reprendre précipitamment la route. C’est un peu ça la différence entre le voyage et les vacances. En vacance on a un temps limité et on veut tout faire, alors qu’en voyage, pour tenir sur la longueur, il faut s’accorder des journées à profiter de l’existence. Et rassurez-vous, on s’y attèle !

P1090250

Demain, nous allons visiter le parc national de Kakadu…verra t-on enfin ces secrets gros crocodiles, ou « crocs », comme les appellent les australiens, et qui nous échappent depuis le début ? A suivre…

 

5 réflexions sur “J84 et 85 : What’s new pussycat ?

  1. Marika La Tite 12 mai 2017 / 22:45

    Comme c’est magnifique!! Et que dire de la séquence chevaux sauvages…just waouuuu!! 😍😍😍 (oui oui je fais partie des puristes!! 😂) Ça doit faire du bien de se poser un peu après tous ces kilomètres avalés ces derniers jours…

    J'aime

  2. erik 12 mai 2017 / 08:09

    Coucou ! Merci pour le blog. Je suis toujours votre périple. Et je le réjouis des mines réjouies de vos filles… Quelle belle aventure…
    À bientôt
    Erik

    Aimé par 1 personne

    • tootenfamille 12 mai 2017 / 08:30

      L’aventure c’est l’aventure ! J’espère que vous avez apprécie aussi votre parcours à New York. On vous embrasse ! Nico

      J'aime

  3. Cécile 12 mai 2017 / 06:16

    WoW o wow o wowo ! (refrain)
    Laquelle des 3 filles est la plus heureuse. ? Difficile à dire…
    bisous

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s