Monument Valley : en selle !

Nous sommes arrivés vers 17h sur le site mythique de Monument Valley. Les premiers pythons rocheux rougeoyants que nous apercevons commencent à nous plonger dans l’atmosphère western que tant de films anciens ou récents nous ont mis dans la tête. Nous cherchons un camping pour rester la nuit. Le premier est cher et sans charme, nous continuons la route vers le visitor center pour tenter notre chance au plus près du site majeur de la région. Nous rentrons dans la parc national géré par la tribu Navajo et nous nous acquittons des 20$ (le site n’est pas inclus dans le pass America the beautifull déjà bien amorti de toute façon). Nous trouvons un camping (le seul) sur les hauteurs surplombant les 3 rochers rouges célèbres entourés d’autres montagnes certes moins spectaculaires à l’œil et moins photogéniques, bien que très belles. L’emplacement pour la nuit sera parfait. Il fait chaud mais la caresse du vent rend l’endroit très agréable et la soirée promet d’être belle.

Nous partons avant qu’elle ne ferme, rouler sur la piste qui s’enfonce dans le parc au plus près des rochers (mesa) sculptés par les éléments. Notre scoobidoo van se transforme pour l’occasion en 4×4 au ralenti, le temps d’une cahotique balade. Il ne faut pas risquer une crevaison qui pourrait nous coûter bien cher. Un dépannage sur site coûte au moins 500$…Il faut dire que nous faisons concurrence aux 4×4 Navajo qui embarquent à prix d’or et au pas de charge les nombreux touristes venus se délecter du site. Aux deux tiers du chemin qui fait plus de 5 km, un homme nous demande de faire demi-tour. Nous sommes surpris car dans notre tête il reste encore une heure et plus pour rester sur la piste…bizarre…nous obtempérons…

Une fois de retour, nous nous installons pour la nuit, déplions notre coffre de toit lit 2 places et dînons dans le site qui s’est vidé d’une grosse partie de ses visiteurs. Le coucher de soleil commence à produire ses effets sur les rochers qui changent de couleur au fil des minutes. Le spectacle donne au site toute sa splendeur. La nuit arrive, nous restons dehors pour profiter du clair de lune et du ciel magnifiquement étoilé. Encore un très beau moment du voyage. peut-être notre plus belle soirée en camping après celle magique en plein cœur des montagnes de Yosemite (cf. article précédents).

La nuit passe, toujours pas de Coyote en vue ni d’autres animaux qui nous font un peu défaut depuis le début du road trip. Il faut dire que nous avions été mal habitués avec le l’Australie il y a deux ans (cf. onglet Australie du blog).

Au réveil, à 5h15, nous profitons des premiers rayons du soleil. Le site prend une autre allure et les rochers stars jouent aux ombres chinoises avec le soleil qui s’élève. Encore un très beau moment que je me plais à tenter d’attraper avec mon appareil photo en surchauffe. Nous entendons au loin les hennissements des chevaux mustang tout juste libérés de leur enclos. Ils sont excités et partent au galop dans la plaine magnifique. Les filles sont au paradis !

Nous ne monterons par contre finalement pas sur le dos des ces fidèles compagnons des Navajo. Le plan proposé par la seule structure présente sur le site (au niveau du visitor center, sinon nous aurions dû reprendre la piste d’hier soir…) ne nous rassure pas en comparaison avec le tarif demandé, initialement 400$ puis 250$ après 30sec de négociation…Tant pis.

Nous allumons tablette et téléphone et nous rendons compte qu’il est une heure de plus que ce que nous pensions 😉 Ici on change d’heure en fonction des Etats mais cette fois-ci cela nous avait échappé…Nous comprenons mieux pourquoi on nous a demandé de faire demi-tour la veille sur la piste…il était presque 20h, heure de fermeture du site et non 19h comme nous le pensions…

Nous reprenons la route pour cette fois-ci descendre vers le sud avant d’entamer la phase retour de notre boucle qui doit nous ramener à San Francisco.

A suivre…